13.4.12

Nesta noite...

Nesta noite...
 senti-me quente, suada
Toquei-me 
Enlouquecida senti meu cheiro
Cheiro forte e doce 
Selvagem e quente
Imaginei, senti  a sua língua indecente
Ouvi meus gemidos roucos e incontidos
Quis mais, muito mais
Quis que me desse prazer 
Sentí minha pele arrepiada
Meu cheiro, meu sexo, meu gosto
Apertei meus seios descontrolada de prazer  
 Alucinada, enlacei-me por entre as pernas
Cavalguei meu corpo e invadi meu sexo úmido.
 Ahh!!
Como eu te quis...

2 comentários:

Eroticamente (In) Correto disse...

Um devaneio solitário, mas não menos envolvente e alucinante,...



Beijo do IN_

slaldimov disse...

COMMENT C'EST PASSÉ

c'est pas exactement comme tu l'as fait
c'est pas pareil crois moi douce fée
je t'embrasse sur le cou en prélude
je t'étends sur le lit et te dénude
je te retourne sur le ventre
caresse tes fesses et ton antre
avec le pouce j'aguiche ton bourgeon
qui se gonflera sous mes attouchements
de ta raie à ta fente mes doigts glissent
lentement mentent et descendent
ta fleur s'ouvre et se referme
laisse couler ton doux miel
visqueux qui mouille mes doigts
ta chaleur tout mon corps gagne
tes cris et tes gémissements
m'enflamment corps et âme
et j'accélère mes va et vient
de tes fesses à ta brulante fente
mes doigts mentent et descendent
lentement avec précision
sans arrêt continuant
ce va et vient lancinent
tu geins tu roucoules tu te tords
le drap tu agrippes et tu mords
accroupies la croupe en l'air
toute ton intimité à moi offerte
palpitante frétillante toute ouverte
que je masse avec main experte
mes doigts entrent et ressortent
dans tes douces et tendres orifices
ouvertes comme une écrevisse
goutant béatement les délices
du désir qui en eux déverse
toute l'ivresse du plaisir
tu t'étends tremblante sur le do
serrant tes cuisse comme un étau
retenant mes mains dans les tiennes
tout le corps traversé par des soubresauts
haletante bouche ouverte
comme un poisson hors de l'eau
cherchant l'air les yeux fermés
je t'écarte les cuisses lape ton doux miel
délicieusement avec ma langue
ta tête tangue de gauche à droite
tu te laisses faire toute geignante
je me glisse dans ta fente
tu m'accueilles souriante
le temps s'est arrêté
sais plus comment ça c'est passé
tellement j'étais emporté excité
je me trouvé sur toi affaler
nos corps en sueur soudés